Justice – 8 mois de prison avec sursis pour avoir agressé physiquement un policier municipal

Jugé pour avoir agressé physiquement un gendarme, un homme de 39 ans a été condamné à huit mois de prison avec sursis. (Photo archives YP/LDT)
Temps de lecture : 2 min.

En comparution immédiate, ce lundi 27 février, un jeune homme de 20 ans est jugé pour avoir agressé physiquement un policier municipal à Nive’e, spot de car-bass réputé de Hitia’a o te Ra, après que ce dernier lui ai demandé de quitter les lieux. Le prévenu, Adam, corpulent et habillé simplement d’un t-shirt noir et d’un short “surf“, a un casier judiciaire vierge. Il travaille “à son compte” et consomme du cannabis. “Que le soir“, précise-t-il à la barre. 

Les faits remontent au 25 février 2024. Après les boîtes de nuit, Adam, déjà fortement alcoolisé, décide de se rendre avec quelques amis à Nive’e. Sur place, les car-bass rugissent jusqu’à briser les tympans, l’alcool coule à flot et l’euphorie de la soirée continue de monter. Sauf que, aux alentours de 3 heures du matin, une première patrouille de policiers municipaux s’approche des fêtards pour leur demander de quitter les lieux. Si certains coopérent, Adam choisit de leur rendre la tâche difficile.

L’un des policiers s’approche de lui pour “discuter.” Mécontent, Adam lui inflige un coup de poing au visage, au niveau des tempes, et un coup de tête au niveau du thorax. L’homme est alors directement interpellé sur place puis placé en garde à vue. Son taux d’alcoolémie s’élève à 0,68 mg par litre d’air expiré. 

“J’ai vu blanc pendant quelques secondes”

Suite à cet incident, la victime, Terii, reçoit un certificat médical d’incapacité de travail pour “traumatisme crânien“. Appelé à son tour à la barre, il porte un bandage au niveau de l’œil gauche. “J’ai vu blanc et ma respiration s’est coupée pendant quelques secondes“, explique-t-il. Père de trois enfant, Terii est le seul “à rapporter l’argent à la maison“. “C’est inadmissible d’en arriver là. En 16 ans de carrière, je n’ai jamais été victime de violence dans mon métier” déclare-t-il. “Si je suis présent aujourd’hui, ce n’est pas pour demander des indemnités. Je veux simplement qu’il comprenne que son attitude n’a pas été correcte. Je veux qu’il comprenne la leçon“.

Selon la vice-procureure, Adam “n’accepte pas la tranquillité de l’autre“. Une problématique notamment liée aux nombreux rassemblements de car-bass, qui sévissent “presque tous les week-ends” et qui “dérangent le voisinage“. Finalement, le tribunal de Papeete condamne le prévenu à huit mois de prison avec sursis. 

(Les prénoms utilisés dans cet article sont des prénoms d’emprunt)