Justice – Il pourchasse sa femme qui se réfugie dans un collège : six mois ferme

Le tribunal correctionnel était amené à juger, lundi 4 mars, un énième dossier de violences conjugales. "Non pas le dossier de l’amour, mais le dossier des violences, de l’appropriation de l’autre" selon la procureure de la République. (Photo : SB/LDT)
Temps de lecture : 2 min.

A chacun sa conception de l’amour. Pour le jeune prévenu de 26 ans, à la barre du tribunal correctionnel ce lundi 4 mars, l’amour ne semble pouvoir se vivre sans jalousie et violences. Le 12 février dernier, une discussion houleuse éclate avec sa jeune compagne et le jeune homme commence à la violenter. La jeune femme effrayée se réfugie dans un collège du centre de la capitale, à l’intérieur duquel il la pourchasse avant de s’en prendre à nouveau à elle mais aussi à un surveillant. Il a été condamné à six mois de prison ferme.

L’amour semble véritablement rendre aveugle, à un point tel qu’il ne semble plus permettre aux amoureux radicaux de lire la peur dans les yeux de leurs femmes qu’ils violentent. Le 12 février dernier, le prévenu retrouve sa jeune compagne étudiante dans le centre-ville de Papeete. Celle-ci doit ensuite se rendre à son stage.

Or le jeune homme ne souhaite pas que sa moitié se rende sur son lieu de travail. Il souhaite continuer la discussion et les échanges s’enveniment sur fond de jalousie. Devant le collège Anne-Marie Javouhey, il commence alors à devenir violent. Il la plaque d’abord contre la grille de l’établissement. Effrayée, la jeune victime se réfugie alors à l’intérieur de l’institution scolaire. Enragé, son compagnon la pourchasse avant de la faire tomber au sol et de la violenter, selon les témoins présents.

“C’est le dossier des violences, de l’appropriation de l’autre

Les surveillants présents sur place interviennent alors afin de maîtriser l’individu et l’éloigner de la victime en pleurs et marquée par les coups reçus. Lors de son expulsion manu militari, le prévenu assène un coup à l’un des deux surveillants. La scène se déroule alors devant des élèves de l’établissement. Il n’est pas encore 8 heures, ce 12 février. Les agents de la police nationale, rapidement contactés, interpellent quelques minutes plus tard le prévenu devant un commerce de la ville.

Malgré cela, le couple continue de se voir et le 2 mars, bis repetita. L’homme s’en prend une fois de plus à sa jeune compagne, toujours sur fond de jalousie et cette fois-ci d’alcool. Contactés par une témoin de la scène, les agents de la DTPN interviennent et interpellent une nouvelle fois l’homme qui est sans domicile fixe. Des faits dont le prévenu explique “ne plus trop se souvenir” car trop alcoolisé.

A la barre, l’homme reconnaît les faits. Il souhaite également dire à sa jeune compagne et victime qu’il l’aime. Conjointe qui indique à son tour qu’elle aime toujours son tane également, mais qui reconnaît la jalousie maladive de celui-ci. Elle espère qu’un séjour en prison changera peut-être le comportement de son homme. Reste à savoir si ils se remettront ensemble ou pas, si l’homme doit passer quelques temps derrière les barreaux.

Selon la procureure de la République, “ce n’est pas le dossier de l’amour, c’est le dossier des violences, de l’appropriation de l’autre (…) Une violence qui ne trouve pas de limite, avec des victimes collatérales”. Elle réclame une condamnation à dix mois de prison dont cinq mois ferme. Le prévenu est finalement condamné à douze mois d’emprisonnement dont six mois ferme. Il se voit également interdit de paraître près de l’établissement scolaire Anne-Marie Javouhey.