Nouvelle-Calédonie : face au changement climatique, l’exécutif veut une “stratégie d’adaptation”

Jérémie Katidjo-Monnier, membre du gouvernement en charge du plan d’atténuation et d’adaptation au changement climatique, a annoncé l’organisation du premier Forum calédonien du changement climatique. (Photo Baptiste Gouret, Les Nouvelles Calédoniennes)
Temps de lecture : 2 min.

Le 18 avril, le premier Forum calédonien du changement climatique sera organisé à l’Origin cinéma. Un “évènement fondateur” selon le gouvernement, qui entend y présenter une stratégie élaborée avec la société civile, les collectivités, le milieu associatif et privé pour faire face aux effets grandissants du dérèglement climatique.

Que ce soit à Ouvéa et Touho, où la montée des eaux fait ses premiers déplacés, à Bourail, où la hausse des températures affecte la reproduction des tortues et de manière générale sur l’ensemble du Caillou, qui vit successivement des périodes de sécheresse et de pluies diluviennes, le constat est le même : “Le changement climatique s’installe durablement en Nouvelle-Calédonie, il est très concret et touche déjà notre population, notre environnement et notre biodiversité“, alerte Jérémie Katidjo-Monnier, membre du gouvernement en charge du plan d’atténuation et d’adaptation au changement climatique.

Alors comment faire face aux effets grandissants de ce dérèglement, particulièrement marqué dans le Pacifique ? Le premier Forum calédonien du changement climatique, organisé par le gouvernement le 18 avril à l’Origin cinéma (ex-MK2), devra apporter quelques éléments de réponse.

Un “évènement fondateur“, pense Jérémie Katidjo-Monnier, censé réunir les collectivités, les chambres consulaires, la société civile, les associations et les entreprises afin “d’élaborer collectivement une stratégie d’adaptation et d’atténuation“. “Le changement climatique est un sujet sur lequel les compétences sont partagées, il faut donc que chacun puisse s’engager sur les leviers qui sont les siens, avec toutefois une vision commune et la plus large possible.”

Déclarer l’urgence climatique

Cette feuille de route d’une future résilience va concerner des secteurs aussi variés que le tourisme, le transport, la jeunesse, la construction ou encore le numérique. Si l’ensemble de ses directions travaillent déjà sur cette future stratégie, le gouvernement a toutefois souhaité en faire un “schéma adapté provenant du terrain” et issu d’un “travail participatif“.

Le forum du 18 avril sera donc précédé d’ateliers préparatoires auxquels les Calédoniens, qu’ils soient simples citoyens, experts, chefs d’entreprise ou membres d’associations, sont invités à participer.

Ils sont déjà 160 à s’être inscrits à ces rendez-vous en ligne organisés du 12 au 21 mars pour “co-construire” cette future stratégie pays. Treize thématiques clés ont été déterminées, pour lesquelles les participants auront l’occasion d’apporter leurs contributions en se connectant à un espace de travail spécialement créé.

Les propositions seront ensuite collectées puis traitées “par un groupe d’experts du gouvernement” qui devra en extraire les principales orientations à intégrer à la politique environnementale de la Nouvelle-Calédonie. Au terme du forum, le gouvernement déposera au Congrès une délibération visant à adopter cette stratégie et “déclarer l’urgence climatique” en Nouvelle-Calédonie, annonce Jérémie Katidjo-Monnier.

Les Nouvelles Calédoniennes (lnc.nc)