La France a saisi un nombre “record” d’articles de contrefaçon en 2023

Le nouveau plan national de lutte contre la contrefaçon est présenté à la veille des Jeux olympiques de Paris "qui représentent un enjeu en matière de contrefaçon" pour tous les produits liés à l'événement sportif. (Photo : Douanes)
Temps de lecture : 2 min.

Plus de 20 millions de contrefaçons ont été retirées du marché français en 2023, un nombre de saisies “record” et “quasiment doublé” par rapport à 2022, avec en tête les jeux, jouets et articles de sport, selon le ministère de l’Economie.

“Le doublement des saisies traduit l’efficacité de notre réponse (..) et que nous sommes face à une augmentation des produits contrefaits“, a commenté auprès de l’AFP le ministre délégué aux Comptes publics Thomas Cazenave, à la veille d’un déplacement près de Paris pour présenter le nouveau plan français de lutte contre les contrefaçons pour 2024-2026.

L’écueil de la contrefaçon est multiple: c’est “un problème économique avec des entreprises lésées et des recettes fiscales pas collectées” ainsi qu’un “sujet sanitaire” alors qu’une des premières catégories de produits contrefaits concerne les jouets, a souligné M. Cazenave.

C’est aussi “un enjeu de sécurité”, ce trafic “alimentant les réseaux criminels, mafieux et terroristes”, a encore souligné le ministre délégué.

Dans le détail, les jeux, jouets et articles de sport arrivent en tête des produits contrefaits saisis en France (plus de 8 millions en 2023), selon le document présentant le plan national anti-contrefaçons 2024-2026.

Suivent ensuite les articles d’emballage (bouteilles d’alcool, cartons de flacons de parfums… environ 4,7 millions de saisies) puis les denrées alimentaires et boissons, les produits de soins corporels, les vêtements et accessoires (plus d’un million pour chaque catégorie).

Le ministre délégué a évoqué “la nouvelle donne de la contrefaçon” qui se “développe beaucoup sur le commerce en ligne”. Autre point de vigilance: “de nouvelles chaînes de contrefaçon avec des ateliers” se développent sur le territoire français.

Le nouveau plan national de lutte contre la contrefaçon est présenté à la veille des Jeux olympiques de Paris “qui représentent un enjeu en matière de contrefaçon” pour tous les produits liés à l’événement sportif.

Environ 5% des marchandises importées dans l’Union européenne relèvent de la contrefaçon, selon des études conjointes de l’OCDE et de l’EUIPO (Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle, citées dans le document.

Les produits de contrefaçon coûtent chaque année 16 milliards d’euros et près de 200.000 emplois aux secteurs européens de l’habillement, des cosmétiques et du jouet, estimait mi-janvier l’EUIPO.

L’Allemagne, la France, l’Italie, l’Espagne et l’Autriche concentrent la moitié de ces manques à gagner, selon l’EUIPO.

AFP