Le procureur Belaouar annonce le démantèlement d’un “réseau international de trafiquants d’ice”

Après avoir trouvé près de cinq kilos de méthamphétamine dans la première valise, les gendarmes avaient découvert seize autres kilos... (Photo : Douanes)
(Photo d'illustration, archives, Douanes)
Temps de lecture : 2 min.

Solène Belaouar, Procureur de la République près le tribunal de première instance de Papeete (TPI), annonce par communiqué le “démantèlement d’un réseau international de trafiquants d’ice”.

Le 10 janvier 2024, les services de la douane de l’aéroport de Faa’a procédaient au contrôle de deux “mules”, deux individus porteurs “in corpore” de plusieurs grammes de méthamphétamines. Une information était alors ouverte du chef de trafic de stupéfiants et l’enquête confiée à l’antenne
OFAST de Papeete et au Commandement de la gendarmerie en Polynésie française, sous la direction
d’un juge d’instruction du TPI de Papeete. Les investigations réalisées par les enquêteurs mettaient en évidence l’organisation d’une importation de méthamphétamines, par voie maritime, entre les USA et la Polynésie.

Le 23 février 2024, avec l’appui de la douane de Polynésie, les enquêteurs de l’antenne OFAST
découvraient dans un container, une remorque dans laquelle était dissimulée une quantité d’1,4 kg de
méthamphétamines représentant une valeur marchande de 332,72 millions de francs et “une
livraison surveillée était mise en place”.

Le vendredi 15 mars 2024, une opération judiciaire d’ampleur était déclenchée sur plusieurs
communes de TAHITI. Elle mobilisait les enquêteurs de l’OFAST et de la Section de recherches,
ainsi que des gendarmes des compagnies des Archipels et des Îles sous le vent. Des équipes
cynophiles, des capacités de criminalistique et des équipes d’intervention du Commandement de la
Gendarmerie pour la Polynésie française étaient également engagées. L’antenne GIGN de Polynésie
procédait à l’interpellation des deux principales cibles. Cinq autres individus étaient interpellés avec
l’appui du PSIG de FAA’A.

Au final, l’enquête a permis de démanteler un réseau de trafiquants de stupéfiants structuré ayant
organisé une importation de méthamphétamine entre les USA et la Polynésie française.

Outre les deux “mules” interceptées le 10 janvier 2024, trois autres individus, ont été présentés, à
l’issue de leur garde-à-vue, devant le magistrat instructeur, ce lundi 18 mars 2024 et ont été mis en
examen des chefs de trafic international de stupéfiants, d’association de malfaiteurs et de
blanchiment.

Le rôle de chacun de ces 3 protagonistes est parfaitement défini, “l’un s’est assuré du financement de
l’opération, l’autre de la logistique aux États-Unis et un troisième de l’achat et du conditionnement
des stupéfiants en Californie”.

Les cinq personnes mises en examen dans le dossier ont été placées en détention provisoire dans l’attente de la poursuite de l’information.