A Hawaii, la ministre Vannina Crolas rencontre les Tahitiens de l’Université BYU et du centre culturel polynésien

Vannina Crolas, la ministre de la Fonction publique, de l’Emploi, du Travail, de la Modernisation de l’Administration et de la Formation professionnelle, a effectué ce lundi 1er avril 2024 à Hawaii, ses premières rencontres à l’Université Brigham Young-Hawaii (BYU), informe le Pays. (Photo Présidence)
Temps de lecture : 4 min.


Vannina Crolas, la ministre de la Fonction publique, de l’Emploi, du Travail, de la Modernisation de l’Administration et de la Formation professionnelle, a effectué ce lundi 1er avril 2024 à Hawaii, ses premières rencontres à l’Université Brigham Young-Hawaii (BYU), informe le Pays. Dans la matinée, la ministre s’est entretenue avec Kala Kau, vice-président en charge de la vie étudiante, Isaiah Walker, vice-président en charge des affaires académiques, Haoariki Harehoe, président du Club Tahiti du campus et Johann Faana-Kong, étudiant polynésien en sciences politiques et également assistant du doyen des étudiants dans le département Hookele de l’université.

Selon le Pays, la rencontre avec les deux vice-présidents de BYU a mis en lumière l’objectif de l’université de soutenir le retour des étudiants dans leur pays d’origine pour contribuer à son développement. La majorité des étudiants polynésiens à la BYU bénéficient de bourses d’études et d’emplois étudiants pour financer leur Bachelor. “Certains choisissent de revenir au fenua pour y effectuer un stage ou trouver un emploi après l’obtention de leur diplôme, tandis que d’autres préfèrent poursuivre leurs études pour obtenir un Master aux États-Unis.

Pour sa part, la ministre a présenté les quatre secteurs prioritaires du gouvernement Brotherson : le secteur primaire, le tourisme, les énergies renouvelables ainsi que l’économie numérique et audiovisuelle. Cela, “afin de sensibiliser les dirigeants de l’établissement aux attentes du marché de l’emploi local en Polynésie.”

En début de soirée, Vannina Crolas a rencontré une trentaine d’étudiants polynésiens ainsi que des membres de la communauté polynésienne installés à Laie. “L’occasion de faire une présentation des objectifs du gouvernement en termes d’emploi et d’orienter les étudiants vers le Service de l’emploi de la formation et de l’insertion professionnelles (SEFI)” pour prendre connaissance des offres et dispositifs disponibles, en faveur de l’emploi.

Pour ce qui relève du secteur public, une présentation du site internet Aravihi, des conditions d’inscription aux concours et d’accès aux contrats à durée déterminée dans l’administration territoriale a été effectuée. Tearii Alpha, maire de Teva I Uta et président de la communauté de communes
Tereheamanu, qui faisait également partie de la délégation, a quant à lui présenté les axes
de développement de Tereheamanu. Enfin, la rencontre s’est terminée avec un temps d’échange avec les étudiants. La ministre a ainsi “répondu aux questions que se posaient les étudiants à savoir : la reconnaissance des diplômes étrangers, les emplois disponibles, et l’effectivité de la protection de l’emploi local”.

Environ 2 800 étudiants originaires de 60 pays différents composent la communauté estudiantine de l’université. Ils sont principalement originaires de la région Asie- Pacifique, plus particulièrement des Philippines, de Taiwan, du Japon, de l’Australie, de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, de Fidji et de Tonga.
La BYU propose une gamme variée de programmes d’études menant à l’obtention d’un Bachelor dans des domaines comme la biologie, la comptabilité, la gestion d’entreprise, l’informatique, la gestion de l’hôtellerie et du tourisme, les études des îles du Pacifique, ainsi que les sciences politiques, entre autres.
L’une de ses devises : “Une éducation qui a un but, des emplois qui ont un sens, mènent à
une carrière”
(education with purpose, jobs with meanings equal career).

(Photos Présidence)

Ouverture de la Conférence
sur les carrières de l’Asie-Pacifique

La ministre de la Fonction publique, de l’Emploi, du Travail, de la Modernisation de l’Administration et de la Formation professionnelle, a assisté le mardi 2 avril 2024 à Hawaii à l’ouverture de la conférence sur les carrières de l’Asie-Pacifique (APCC).

Cette conférence “a pour objectif de mettre en relation les étudiants de l’université Brigham Young (BYU) de Hawaï avec les acteurs du monde économique, institutionnel et universitaire afin de les aider à s’insérer sur le marché du travail.” Une soixantaine d’étudiants originaires du Fenua ont choisi cette université pour y effectuer leur bachelor, selon le Pays.

Dan Te Whenua Walker, responsable de l’engagement et des communautés connectées chez Microsoft en Nouvelle-Zélande, a ouvert cette conférence avec un discours plein d’inspiration et d’encouragement à l’adresse des étudiants. Il a ainsi mis en avant “l’importance de l’inclusion des peuples autochtones du Pacifique dans les grandes entreprises pour favoriser l’innovation, ainsi
que l’intégration de leurs cultures et langues dans ces grandes compagnies d’envergure mondiale”.

“Des objectifs en parfaite adéquation avec ceux du gouvernement de la Polynésie” estime le Pays. “À titre d’illustration, Dan Te Whenua Walker a cité Microsoft qui a investi plus de 2,5 millions de dollars dans le développement de l’intelligence artificielle au service de la préservation et de l’enseignement de la langue Maori.

Des Tahitiens au centre culturel

La journée s’est poursuivie avec la rencontre des étudiants qui travaillent à mi-temps au sein du Centre culturel polynésien. Ils sont 824 étudiants sur 1 273 salariés actifs (soit 65%) à y travailler, dont 676 internationaux (82 %) et 148 locaux (18 %). Ces étudiants concilient leurs études avec une expérience professionnelle afin de financer leur formation, enrichir leur curriculum vitae et mettre en pratique leurs connaissances théoriques.

La ministre Vannina Crolas “a échangé avec les étudiants travaillant dans plusieurs départements du Centre culturel polynésien, tels que celui des ressources humaines, du marketing, de la recherche et de l’entrepôt”. Les étudiants qui y travaillent ont l’opportunité de mettre en pratique et de valoriser leurs savoirs autour du Centre culturel polynésien. Ils participent ainsi au développement d’applications et du site internet du Centre, ils gèrent sa comptabilité et ses finances, contribuent aux réalisations
architecturales, à l’expérience clients et aux orientations des ressources humaines.

Avec environ 700 000 visiteurs à l’année et une présence en ligne s’élevant à 300 000 utilisateurs, le Centre culturel polynésien est un environnement professionnel “inspirant et exigeant dans lequel nos étudiants polynésiens se forment à la diversité des compétences requises au développement du tourisme.” La ministre a “encouragé tous les étudiants à poursuivre leurs études aussi loin qu’ils le peuvent, où qu’ils soient dans le monde, tout en pensant, un jour, à rentrer au Fenua pour contribuer à son développement”.