Université – Conférence ce mercredi 3 avril à 17h sur la canne à sucre polynésienne

Le conférencier, Marotea Vitrac, souhaite valoriser la filière rhum pure canne bio à Tahiti. (Photo MV)
Temps de lecture : 2 min.

Dans le cadre du cycle “Savoirs pour tous”, l’Université de la Polynésie française propose une conférence intitulée “Un regard contemporain sur les cannes à sucre Saccharum officinarum de Polynésie”, ce mercredi 3 avril à partir de 17h, dans l’Amphi A3 du campus d’Outumaoro.

A l’occasion d’une mission de recherche, il s’agit pour Marotea Vitrac du recensement et de l’identification par la caractérisation morphologique et le génotypage des accessions de cannes à sucre noble Saccharum Officinarum et assimilées (Saccharum spp. et Saccharum Maximum) de Polynésie française, afin de valider la liste des cannes à sucre utilisées par la filière rhum agricole de Polynésie française dans le cadre de sa démarche de reconnaissance IGP (Indication Géographique) qui est réalisée dans le cadre de sa thèse “Les cultivars de Saccharum officinarum de Polynésie française et leur caractérisation génétique, variétale, agronomique et chimique afin de valoriser la filière rhum pure canne bio à Tahiti”.

Développer la filière

Fort d’une vingtaine d’années d’expérience en Polynésie française dans le domaine de l’agroalimentaire et de l’industrie des boissons, associé à de l’entrepreneuriat dans le domaine du vivant, Marotea Vitrac porte aujourd’hui des projets agro-industriels d’ampleur, dont bon nombre en tant qu’actionnaire, tels que : la création d’un parc ostréicole en partenariat avec L’IFREMER et la Direction des ressources marines, le développement de la filière canne à sucre avec la construction d’une distillerie équipée d’une colonne ou encore la construction d’une usine de production de bouteilles en polymères d’origine végétale. 

Ces projets innovants sont nourris de partenariats forts avec les instances de recherche et institutionnels du pays et de la métropole. Il a à ce titre la chance de réaliser une thèse de doctorat en biologie des organismes avec l’UPF et le CIRAD, cofinancée par la DAG.

“Grâce à ses partenariats et l’appui indispensable de la compagnie aérienne Air Tahiti Nui”, il intervient chaque année en école d’ingénieur à l’ISTOM et SupAgro afin de partager ses expériences et sensibiliser les futurs ingénieurs à ces métiers d’avenir.

C’est à ce titre qu’en 2023, il intègre le CESEC, Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel de Polynésie française en tant que membre du collège de la vie associative.
 

Lors de cette conférence, Marotea sera accompagné de :

  • Jean-François BUTAUD, botaniste local (PhD à l’UPF) : “Regard d’un botaniste sur la canne à sucre et les espèces proches en Polynésie française”, concernant le statut des cannes à sucre (intro polynésiennes) ainsi que les 2 Miscanthus, les to’a’eho et les Cenhrus/Pennisetum et Tripsacum et Arundo à ne pas confondre.
  • Noa Kekuewa LINCOLN is an Associate Professor of Indigenous Crops and Cropping Systems at the University of Hawai’i. His diverse work focuses on indigenous resource management, in the past and present, and how that pertains to issues of sustainability.  He has studied with practitioners around the Pacific, with an emphasis on ethnobotany and agriculture. His academic degrees are from Yale, Stanford, and Canterbury Universities.
  • Angélique D’HONT, PhD HDR, directeur de recherche au CIRAD en recherche agronomique pour le développement, nous présentera la “Diversité génétique et l’organisation des génomes de la canne à sucre et de ses apparentés”.

    (Photos : Marotea Vitrac)