Athlétisme – Pātiri Race Trials : Et si le champion c’était vous ?

Marraine de l’évènement, Takina Bernardino aux cotés de la relève polynésienne. (Photo : Eddy Cowan)

Samedi 14 janvier, au stade de la Punaruu, se sont tenues les épreuves qualificatives de la Pātiri Race. Un rendez-vous atypique où étaient attendus basketteurs, footballeurs, athlètes de tous horizons et amateurs, afin de se mesurer aux sprinteurs chevronnés du Fenua. Le but ? Trouver les nouveaux champions du 100m, et ce, d’où qu’ils viennent. 

Un nouveau souffle attendu par la Fédération d’Athlétisme de Polynésie Française (FAPF) depuis des décennies. Jusqu’à ce jour le record du 100m est détenu par le grand Jean Bourne (1945-2018), qui en 1972, franchissait la ligne d’arrivée en 10’’52. Seul Raihau Maiau, pourtant spécialiste du saut en longueur, est arrivé à approcher ce record en 2014 avec un chrono à 10’’58.

Le défi était donc lancé sur le tartan de la Punaruu, où une quarantaine de participants ont tenté de sortir leur épingle du jeu. Parmi eux, chez les hommes, Jonathan Mou a créé la bonne surprise de cette première journée. Footballeur émérite sous les couleurs de l’AS Dragon, le jeune Polynésien nous confiait en souriant « Ce n’est pas du tout ma discipline, je suis venu pour le fun et découvrir un peu comment ça se passe. » Et en bon compétiteur, il poursuivit « Il me manque juste la technique et je pense que je peux faire mieux que ça. » 11’’76 au premier tour puis 11’’65 en quart de finale, une performance et un mérite qui n’ont pas échappé à l’oeil avisé de Tumatai Dauphin, cadre technique et athlète reconnu au lancé de poids : « Très intéressant ! Si il s’entraîne, d’ici une semaine il pourrait déjà descendre à 11’’50. » 

Chez les femmes, Maylee Zarli s’est illustré lors de cette première journée de compétition avec un chrono à 13’’37 lors du premier tour et un deuxième temps à 13’’41 en quart de finale. Une belle performance talonnée de près par celle de Meherai Fong qui au premier tour réalisait un temps à 13’’36, puis 13’’52 en quart. 

Une des sensations de ces trials, Jonathan Mou (en vert), footballeur de l’AS Dragon, se qualifie pour les phases finales. (Photo : Eddy Cowan) 

Également présents afin de promouvoir la discipline, les champions Raihau Maiau et Takina Bernardino, parrain et marraine de l’évènement, ont fait le show. Auteurs sans surprise des meilleures performances du jour, 11’’16 pour Raihau et 13’’07 pour Takina, leurs participations restaient cependant anecdotiques à titre d’ambassadeurs. Ils ne seront donc pas classés à l’issue de la dernière journée de compétition. Un classement qui a son importance puisqu’il permettra aux vainqueurs de participer aux championnats du monde d’athlétisme estivaux à Budapest, en Hongrie, du 19 au 27 août 2023. 

Toutefois, au delà de la qualification, la Pātiri Race se veut avant tout un évènement fédérateur et le début d’une nouvelle dynamique sur la scène locale. « Ce qui a été excellent aujourd’hui, c’est qu’on a vu nos athlètes se sublimer. Le fait que des athlètes extérieurs soient venus challenger nos sprinteurs a fait que beaucoup de records personnels sont tombés. Pour nous c’est une réussite. » concluait Tumatai Dauphin à la fin de cette première journée de qualification.

Rendez-vous vendredi prochain, 20 janvier 2023, en fin de journée au stade de la Punaruu pour les phases finales de la Pātiri Race.

Courir pieds nus un 100m sur du tartan : ça c’est un PĀTIRI ! (Photo : Eddy Cowan)