Justice : à la barre, un accident de la route mortel le jour de Noël

(Photo : SB/LDT).
Temps de lecture : 2 min.

Le 25 décembre 2022, alors qu’il rentre de Taravao en direction de Punaauia, un trentenaire circulant à moto percute un véhicule qui sort du parc situé en face du golf de Atimaono, à Papara. Le motard perd la vie suite au choc. Le chauffeur du véhicule incriminé était jugé, ce mardi 28 novembre 2023, pour homicide involontaire.

Noël est généralement synonyme de fête et de rassemblement familial. Malheureusement, ce ne sera plus jamais le cas pour cette famille déchirée par la tristesse depuis la perte d’un fils, d’un père, d’un frère, cette journée du 25 décembre 2022.

Alors qu’elle rentre de Taravao en direction de Punaauia pour retrouver des proches, la victime percute un véhicule qui sort du parc situé juste en face du golf d’Atimaono, à Papara. Le trentenaire, et père de deux enfants, ne survit pas, malgré les tentatives de réanimation des secours.

“Je suis désolé, j’y pense tous les jours”

Le chauffeur de véhicule percuté explique que ce jour là, alors qu’il effectuait son sport dans le parc, il a souhaité sortir son véhicule avant que les grilles ne soient fermées, pour le garer en face. C’est lorsqu’il a traversé la route que la moto lui est rentrée dedans. Il affirme ne pas avoir vu le véhicule arriver. Les expertises indiquent que la moto n’était pas en excès de vitesse.

L’homme d’une cinquantaine d’années reste alors avec la victime, lui parle, lui demande de tenir le coup et lui dit qu’il ne l’a pas vue et qu’il est désolé. “Je suis sorti du véhicule, j’ai vu un corps par terre. J’ai compris que c’était grave”. Les prélèvements toxicologiques et d’alcoolémie effectués sur le chauffeur se révèlent négatifs.

Pour le prévenu, père lui aussi, la manœuvre qu’il a effectuée ce jour là était “safe”. “A aucun moment je n’ai voulu couper la priorité à quelqu’un (…). Je n’arrive toujours pas à comprendre ce qu’il s’est passé. Je suis désolé, j’y pense tous les jours”.

“Aujourd’hui, Noël, c’est foutu”

La famille de la victime est aussi présente dans la salle. La maman trouve la force, malgré son chagrin, de prendre la parole. “C’est dur d’être là aujourd’hui (…). On a du mal à encaisser son départ (…). C’est aux parents de partir en premier, pas aux enfants (…). Aujourd’hui, Noël, c’est foutu (…). Je ne souhaite à aucune mère de vivre ce que je vis“.

Une des filles du défunt et son ex-conjointe, mère de ses deux enfants avec qui il avait conservé de bonnes relations, se présentent aussi à la barre. Une fois encore, malgré les gorges serrées par la peine, elles trouvent le courage de s’exprimer. Et malgré la douleur ressentie, mère et fille trouvent la force de pardonner à l’homme qui, par inattention ce jour-là, a causé la mort d’un être cher.

Dans la salle d’audience, l’ambiance est pesante, car ce drame aurait pu toucher n’importe quelle personne présente. L’avocate générale a requis 18 mois de prison avec sursis, ainsi que l’obligation de suivre un stage de prévention routière et la suspension du permis de conduire pour une durée d’un an. Le délibéré sera rendu le 5 décembre prochain.